L’avenir de l’Afrique se joue désormais avec ses fils et filles. Le leadership au féminin est remarqué dans la société Africaine et force est de constater que les générations des années 99 et 2000 marquent les sociétés via leurs forces d’agir et leurs capacités de fédérer autour d’eux plusieurs personnes dans le but de changer les choses ou d’apporter un plus à la construction de leurs nations. C’est le cas de Oumou Tchambel Sankaré une jeune malienne née  le 1er Janvier 2000 à Bamako au Mali. Son pari, Offrir un avenir aux enfants des rues Maliennes.

Don en vivre dans un quartier de Bamako
Don en vivre dans un quartier de Bamako

Elle est à notre rédaction pour nous parler de son association : « mains ouvertes aux enfants défavorisés ».

L’association mains ouvertes aux enfants défavorisés a été créée le 19 Août 2017, son siège se trouve à Hamdallaye ACI 2000 en face de l’hôtel Radisson Blu. Elle a pour mission d’améliorer les conditions de vie des enfants de la rue (mendiants) et des orphelins. Depuis sa création nous avons menés une journée de sensibilisation qui avait pour but de sensibiliser les maîtres coraniques à ne pas maltraiter ces enfants qui sont sous leur responsabilité et également sur les dangers auxquels ces enfants font face quand ils partent mendier. Nous avons également fait un don d’habits aux enfants de la pouponnière de Niamana , un don de moustiquaires à l’orphelinat Ashed de Badalabougou pour protéger les enfants contre les moustiques en cette période pluvieuse.

Don en vivre dans un quartier de Bamako
Don en vivre dans un quartier de Bamako

Dans un avenir proche, les actions de l’association sont ambitieuses…

Nous avons beaucoup d’activités à réaliser qui sont entre autre: des dons de kits solaires pour la rentrée prochaine, également une formation en peinture, menuiserie, mécanique pour permettre aux enfants mendiants de pouvoir exercer des travaux quand ils finiront leur période d’apprentissage auprès de leurs maître coranique. Nous voulons également prendre en charge un enfant aveugle que nous avons repéré l’autre jour  et son traitement nécessite 1million de FCFA.

Nous voulons attirer l’attention des autorités Maliennes pour que ces derniers soutiennent nos actions,

Mais vu que nous sommes à nos débuts nous n’avons pas encore eu d’appui des autorités maliennes .Nous avons réalisé toutes nos activités avec nos cotisations.

Et l’aide de certaines personnes de bonnes volontés .L’appel que nous avons pour les autorités maliennes est de nous aider dans cette lutte afin de construire un avenir meilleur pour nos petits frères et nos petites sœurs qui dorment dans les rues de Bamako. La rue ce n’est pas une maison.

Mes  expériences personnelles sur le plan associatif.

Sur le plan  associatif, j’ai rencontré beaucoup de personnes , j’ai appris pleins de trucs sur le leadership surtout comment rendre service à sa communauté est l’une de mes plus grandes satisfactions.

Olivier ASSOGBAVI