C’était à l’occasion de la rencontre annuelle des jeunes avocats de l’espace UEMOA  tenue cette année  du 30 septembre au 05 octobre 2019 en marge du premier Congres des Avocats de l’UEMOA  à Lomé au Togo que Me BOUDAL Effed Mouloul a été élue au prestigieux poste de président de la Conférence des jeunes Avocats des  8 pays de l’UEMOA, un poste très convoité dans le cercle des jeunes avocats de l’espace UEMOA.

Pour toute chose il faudra failler un chemin montrer que c’est possible pour inspirer et motiver, c’est ce que vient de réaliser notre jeune compatriote car en effet c’est la première fois qu’un jeune avocat du Niger  brigue ce poste.

BOUDAL Effed MoulouI
CC/Rencontre annuelle des jeunes avocats de l’espace UEMOA

Une personnalité stellaire…

Fils de Effred Mouloul, député National sous la 3e République et ancien maire de Dakoro, Me Boudal est né le 25 avril 1987 à Dakoro (Maradi). Il est issu de la tribu Kel Gress Mouloul  et précisément petit fils de tambari Mouloul sis à zongon  Mouloul Dakoro. Apres ses études primaires et secondaires effectuées entre Tchirozerine, Dakoro et Maradi,  le jeune Boudal s’inscrit à la Faculté de Droit de l’Université Abdou Moumouni de Niamey où il a arpenté à travers les cercles marxistes avant de découvrir sa passion pour l’avocature. Etudiant, celui que les intimes appellent mystérieusement  Maiboulala (la chicote) ou Boudalisation n’était pas seulement une éminence grise des cercles syndicaux de la très  syndicale Université  Abdou Moumouni, il était également un As de la plaidoirie, cet exercice oral par lequel les avocats défendent des clients et des  causes. Lauréat du  concours de plaidoirie contre la peine de mort , finaliste International du CIFAF  du CIB, peine de mort, et du Prix Mario Stasi Paris pour ne citer que ceux-ci, le monde estudiantin particulièrement celui des juristes découvre très vite ce  champion international de la plaidoirie pour lequel il est difficile de ne pas tomber d’admiration. En fin  2014 ,Boudal Effred tente le test d’entrée  au barreau et le réussi avec succès. Apres son stage au Cabinet SCP Mandela et Niandou Karimoun et après son stage international au barreau de Paris, il ouvre son propre cabinet en Mars 2018. C’est là  le début d’une carrière déjà fulgurante pour celui qui a plaidé pour  ‘’la mort de la peine de mort’’.

Le Président de l’Association des Jeunes Avocats du Niger AJAN…

Le 14 janvier 2017,Me Boudal fut élu président de l’Association des Jeunes Avocats du Niger AJAN, à l’époque il n’avait que 30 ans. Alors, le barreau étant pour le commun des nigériens un cercle fermé et muet, très peu de nigériens savaient qu’il existe une association des jeunes Avocats à commencer par la presse. C’est sous le magistère de Me Boudal que cette association qui est aussi âgée que le barreau du Niger sera révélée au grand public. L’avocat de gauche et ses jeunes confrères  ont bâti une image pour l’AJAN à travers des conférences grand public, des sessions de consultation et de défense  sans émoluments pour les cas sociaux, et même des activités communautaires telles que des plantation d’arbres comme ce fut le cas en août 2018 au sein de la cours du tribunal grande instance. Aussi pour la première fois de l’histoire du barreau du Niger des jeunes prirent position de manière  publique pour dénoncer les dérives  autoritaires du régime à travers la déclaration de janvier 2016.

L’Avocat Communicant…

Me Boudal l’Avocat de gauche est un excellent Communicant et à ce niveau il convient de distinguer l’ Avocat médiatique qui profite des prime times pour plaider des dossiers et l’Avocat qui use  des médias pour expliquer à l’opinion le rôle de l’Avocat en tant qu’acteur de la justice et partie intégrante de la  société.                                                                   

Pendant longtemps l’Avocat a  été par obligation déontologique croit-on, un acteur discret de la justice, moins que le juge certes. Puis naît un courant d’Avocat à partir des  années 1950 avec des ténors aux Etats-Unis comme Clarence Darrow ou encore le tristement célèbre Avocat français Jaques Verges ou le Suisse Me Marc Bonnant,qui pensent qu’il est indispensable que l’on explique à la société ce que c’est que l’Avocat et  «  on ne peut pas laisser des comédiens dire qui nous sommes »  disait Me Boudal qui est représentatif de ce courant au sein de « la nouvelle génération » , il est d’ailleurs souvent sollicité  pour  animer des panels  sur cette question qui suscite un débat au sein de de la corporation « est-ce que l’Avocat doit communiquer ? » comme en Août 2018 à Bujumbura. Membre sympathisant de la Jeune Chambre International Niamey Boudal est aussi un Toastmaster avec le grade de Communicateur Compétent. Il siège dans les jurys de concours de plaidoirie, de débats oratoires et  anime des sessions de formation toutes choses qui cassent le mythe de l’Avocat honoraire qui n’existe dans un tribunal ou dans un bureau truffé de meuble de prestige.

Défenseur des libertés…

Fervent défenseur des libertés individuelles et collectives Me Boudal est aussi connu pour les dossiers qu’il a défendu, on y trouve  des étudiants injustement arrêtés, des acteurs de la société civile arbitrairement arrêtés. Il a défendu les leaders de la contestation de la loi de finance 2018 arrêtés en mars 2018 lors des Journées d’Actions Citoyennes JAC. Il a aussi défendu la télévision Labari fermée dans la foulée des manifestions contre la même loi  de finance sur ordre du ministre de l’intérieur, et la justice condamnera le gouvernement à verser 10 000 000fcfa à la télévision Labari à l’issue du procès.                                               

Certes, par définition l’Avocat est un défenseur des libertés et un acteur qui s’oppose aux dérives de la justice mais le jeune Boudal lui reste un Avocat entier.

Youssouf Seriba