Ba Housseynou, conseiller régional e-santé à l’Organisation Mondiale de la Santé
Ba Housseynou, conseiller régional e-santé à l’Organisation Mondiale de la Santé

Le 08 et 09 novembre 2018 les agents des  directions régionales de la santé des huit régions du Niger et les acteurs de la société civile issues du secteur de la santé et de la technologie, étaient en atelier pour la validation du plan stratégique nationale e-santé.

L’objectif de cet atelier est de valider un document pouvant mettre en application la conciliation du secteur de la santé et celui des Technologies de l’Information et de la Communication (TICs).

Selon Ba Housseynou, conseiller régional e-santé à l’Organisation Mondiale de la Santé et consultant chargé de la  rédaction dudit plan, ce document permettra au ministère de la santé de résoudre des problèmes majeurs.

Il  explique l’impact que la mise en œuvre du plan stratégique nationale e-santé  aura sur la vie des citoyens notamment la santé de la mère et l’enfant : «En zone rurale la plupart des femmes en état de grossesse meurt avant d’atteindre l’hôpital parfois d’hémorragie interne donc si il y avait une prise en charge précoce, on allait le référer à temps à l’hôpital pour éviter des pertes de vies ».

La mise en application de la « e-santé » facilitera l’accès des populations aux soins de santé, à ce propos le consultant dit : « avec la télémédecine un gynécologue qui est à Niamey peut consulter une femme qui est à Fachi, et alerter sur les cas de complication possible ».

Entre autres avantages, la mise en œuvre du plan stratégique nationale e-santé permettra :

  • Le renforcement des capacités des agents de santé sur toute l’étendue du territoire à travers les formations vidéoconférences,
  • La télémédecine : la consultation et la prise en charge du patient par un personnel soignant à distance,
  • Le « mobile health » : suivre les femmes en état de grossesse, et constituer un dossier médical en version électronique pour les patients.

Conscient des défis technologiques liés à la mise en œuvre  de ce plan, les acteurs rassurent et comptent sur une volonté politique des responsables gouvernementaux.

OLIVIER ASSOGBAVI