Visite du ministre de entrepreneuriat des jeunes dans un stand de jeunes entrepreneurs/Wa6k
Visite du ministre de entrepreneuriat des jeunes dans un stand de jeunes entrepreneurs/Wa6k

Un pays est qualifié de start-up nation quand il crée des espaces adaptés pour l’éclosion et le développement de jeunes pousses d’entreprises appelées Start-up. Dans les pays en voies de développement et même dans les pays développés comme, la France par exemple, la volonté de créer des champions nationaux sur le plan économique, fait partie des projets politiques des gouvernements. Dans certains pays, ce désir répond à un problème de manque d’opportunité des jeunes. Dans les pays en voies de développement et même dans les pays développés comme, la France par exemple, la volonté de créer des champions nationaux sur le plan économique, fait partie des projets politiques des gouvernements. Dans certains pays, ce désir répond à un problème de manque d’opportunité des jeunes. 

Au Niger par exemple il est fréquent d’écouter :

« L’Etat ne peut pas employer tous les jeunes…» Dans une interview accordé au studio kalangou, le président de la plateforme jeunesse et entrepreneuriat a dit : « Au-delà des centres incubateurs et tout l’écosystème mise en place, nous avons un ministère de l’entrepreneuriat : Le Niger est une start-up nation et nous – y croyons fermement ».Face à une jeunesse pleine d’ambition, les pouvoirs publics d’Afrique, ont trouvé la bonne formule pour occuper les jeunes : mettre en place des politiques entrepreneuriales.

Quand nous prenons le cas du Niger, la création de la maison de l’entreprise, l’ouverture des centres d’incubations et d’accélérations des petites entreprises,  le ministère de entrepreneuriat des jeunes, l’élaboration du « Small Business act » par  la chambre de commerce et de l’industrie du Niger, l’allègement des mesures de fiscalité pour les petites et moyennes entreprises… donnent raison à ceux qui considèrent le pays comme étant une start-up Nation.

Quand nous prenons le cas du Niger,

la création de la maison de l’entreprise, l’ouverture des centres d’incubations et d’accélérations des petites entreprises,  le ministère de entrepreneuriat des jeunes, l’élaboration du « Small Business act » par  la chambre de commerce et de l’industrie du Niger, l’allègement des mesures de fiscalité pour les petites et moyennes entreprises… donnent raison à ceux qui considèrent le pays comme étant une start-up Nation.

Mais, quel est l’avenir de l’entrepreneuriat au Niger ? les acteurs impliqués sont-ils déterminés à continuer leurs rêves et ambitions ? Entreprendre au Niger est-il un effet de mode ou un moyen de mise en évidence des capacités d’adaptation des jeunes face aux chômages ? A l’image d’Uber aux Etats-Unis, InnovaFeed en France, Katanka au Ghana, quels sont les start-ups Nigérien qui font rêver ?

Olivier ASSOGBAVI