En ces périodes de la pandémie de la covid-19 beaucoup de questions se posent car le problème est plus économique que sanitaire et cette pression touche presque tous les domaines.

Malgré la pandémie et quel que soit la situation en terme de crise, de guerre, de paix ou de catastrophe, la presse est tenue d’informer et de sensibiliser la population donc doit jouer un rôle fondamental dans les réponses aux questions et de sensibiliser sur les approches des solutions.  

Les médias sont une activité d’utilité publique mais aussi économique alors ils sont touchés autant que les autres secteurs d’activités.

Pour Souleymane brah, secrétaire à la communication de la maison de la presse : « la presse nigérienne qui doit normalement être indépendante ne l’est pas et cela est une réalité que nous devons reconnaitre ».

Et il ajoute : « La preuve est qu’aujourd’hui avec la COVID-19 on remarque qu’on ne dispose pas de vrais entreprises de presse ».

Pour Seydou Mohamadou le patron  de la radio challenge Fm,  la presse nigérienne ne fonctionne pas en tenant compte d’un modèle économique bien structurer.  « Même s’il y a un régime fiscal spécial pour les médias, la radio, la télé ou la presse doivent être de toute façon une entreprise sur une base de rationalité de gestion ».

On se rend compte que la situation de la  COVID-19 révèle que ; « quand une entreprise est fragile, une petite crise peut l’emporter très facilement. Or ce ne sera pas seulement COVID, mais il y aura toujours des crises. Alors il va falloir que chaque institution économique et également la presse gagnent en expérience dans cette crise pour savoir comment mieux s’organiser pour ne plus être fragilisé en période de crise ».

 « Quel est le jeune qui peut véritablement faire carrière dans le journalisme au Niger et construire quelque chose ? »

La presse Nigérienne va mal avant et après la COVID -19 la solution serait de former et de reformer les acteurs des médias.

Pour Seydou Souley Mahamadou,  les journalistes nigériens doivent prendre conscience de leur situation,  de leur rôle dans la société de leur dignité et quant aux médias, il faudrait développer le capital humain en formant les acteurs.

L’émission disponible via ce 👉🏾👉🏾👉🏾  lien.