Changer le monde avec sa caméra, montrer le Niger dans toute ses formes : Peines et Joies. Surtout donner au Niger le meilleur de son talent. C’est ce qui définit le cinéaste producteur et réalisateur Nigérien Moussa Hamadou Djingarey alias MD.

Digne fils du pays MD a fait ses études secondaires au lycée Issa Korombé de Niamey. Sa passion pour le septième art le hisse parmi les plus influents de la société Nigérienne. Le travail bien fait, son engagement social sur tous les fronts : Extrémisme violent, protection et mariage des enfants, emploi des jeunes, et bien d’autres problèmes qui minent le Niger ; font de MD un modèle pour les jeunes et surtout un héros de sa génération. Il est élevé au grade de chevalier du grand chancelier des ordres nationaux du Niger, pour service rendu à la nation. Plusieurs de ses réalisations sont engagées et traitent d’un problème particulier du Niger.

Malgré son expérience et son talent hors pairs, MD réussi de jour le jour à regrouper autour de lui la nouvelle génération de cinéastes Nigériens, à laquelle il ne cesse de prodiguer de sages conseils ;le 24 Juin 2018 sur sa page Facebook, le cinéaste posta : « Je veux adresser une demande aux réalisateurs africains. Surtout aux jeunes qui se lancent dans le cinéma. Je leur demande de ne pas attendre des milliards pour produire des films. Aujourd’hui on a ce qu’on appelle l’entraide sociale chez nous, avec une société qui est disponible. On a des techniciens au Niger, on a des comédiens qui ont tellement envie de jouer dans des films, disponibles en fonction des budgets. Communiquez avec ces gens : J’ai tel projet, je n’ai pas de sous, aidez-moi à réaliser mon film, on partage les recettes, ça c’est une méthode. Au moins des films vont voir le jour, et les gens vont travailler. Car quand un réalisateur me dit qu’il attend un milliard pour pouvoir produire un film, je dis qu’il rêve, ce n’est plus possible, c’était avant, ça ! Aujourd’hui les Etats ont tellement de problèmes d’insécurité, de terrorisme, ils n’ont pas le temps à la distraction, ils n’ont pas le temps à s’intéresser et financer la production de films. Donc produisez en fonction de vos moyens, cherchez des sujets simples, à petit budget. Ça va vous faire connaître, ça va vous faire travailler, et ça occupe aussi la population. Voilà le message que je lance aux jeunes réalisateurs africains : Produisez, produisez avec peu de moyens, et ça vous permettra d’apprendre»

Si en très peu de temps ce poste a attiré plus d’une centaine de likes, et plusieurs commentaires, alors le talent du cinéaste aux multiples réalisations et aux divers trophées nationaux et internationaux ; est incontestable.

Dans le chemin de l’espoir, nous devons accomplir des exploits pour que la génération à venir nous prenne comme modèle et source d’inspiration. Que le parcours de MD nous apprenne à concilier passion et travail.

 

Portrait rédiger par Olivier ASSOGBAVI