Mme Bayard Gamatchié et Madame Foumakoye ©wa6k
Mme Bayard Gamatchié et Madame Foumakoye ©wa6k

Le samedi 12 janvier 2019, lors d’une conférence organisée par l’Association des Blogueurs pour une Citoyenneté Active « ABCA », dans le cadre de la e- campagne placée sous le thème : implication des femmes et des jeunes dans la vie politique, deux femmes étaient présentent : Mme Bayard Gamatché et Madame Foumakoye.

Dans une salle du syndicat national des douanes sise en  plein cœur de Niamey, plusieurs jeunes issus de différents partis politiques étaient au rendez-vous pour s’informer de leurs rôles dans la vie politique du Niger. Ils étaient également présents pour écouter le parcours des anciens, s’inspirer et poser des questions afin d’éviter les erreurs d’acteurs politiques. C’était un  rendez-vous du donner et recevoir.

Séance de question et réponse
Séance de questions et réponses

Mais qui étaient ces panélistes, ces hommes et femmes qui peuvent inspirer les jeunes nigériens et faire comprendre à ceux-ci l’importance de leur implication dans les affaires politiques?

Le panel de la conférence était composé de deux grandes actrices de la démocratie nigérienne, leaders de la marche des femmes du 13 mai 1991 : Mme Bayard Gamatchié et Mme Foumakoye Aichatou. Et aussi Salissou Ada anciennement Ministre de la Jeunesse et des Sports, et actuel président des jeunes du parti politique « Jamhuriya ». Un panel majoritairement féminin compte tenu du thème et du public cible : Femmes et Jeunes.

A tour de rôle, les intervenantes ont donné leurs avis sur la thématique, d’abord Mme Bayard, première et seul femme candidate indépendante à une élection présidentielle. Après avoir raconté son parcours et la raison de son engagement, elle lance un appel aux jeunes : « C’est à vous de continuer ce que nous avons commencé ». Ensuite cet appel lancé sera relayé par Mme Foumakoye Aichatou qui dans une présentation a retracé l’historique des luttes et actions menées par les femmes dans la perspective de la parité genre, une lutte qui a abouti à l’adoption au parlement d’une loi sur le quota. La lutte pour ces femmes influentes est pour motiver les jeunes à protéger leurs acquis. Ne pas laisser tomber les efforts de l’ancienne génération telle doit être le défi de cette nouvelle génération.

Était également présent à la conférence Salissou Ada qui affirma aux participants « Quelques soient les problèmes soulevés, nous sommes porteurs de l’espoir du pays… Ce n’est pas toujours évident pour les jeunes, mais malgré cela, ils s’intéressent à la politique. Il est important qu’ils puissent être mis à l’avant pour relever le défis ».

Financée par le fond canadien pour le soutien aux Initiatives locales, cette campagne continue sur toute l’étendue du territoire nigérien avec des thèmes divers.

Olivier ASSOGBAVI