Si le thème parait aussi sensible, il faut noter qu’il ne manque pas de ressources humaines à organiser pour réfléchir sur le sujet. Détenteur d’un MBA option Management de projets, d’un  Bachelor en Management des entreprises; et d’un BTS d’Etat en communication des entreprises, Ibrahim Diallo s’est fixé pour objectif, la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance en créant en 2018 une ONG : Agir pour une bonne gouvernance et la transparence.

Comment un jeune de 27 ans peut-il réussir dans un secteur aussi délicat ?

il répond alors « Au niveau de notre ONG : Agir pour une bonne gouvernance et la transparence, on s’est fixé pour objectif global de renforcer la capacité des citoyens pour une participation active à la bonne gouvernance et à la transparence». Pour réussir cette mission, Ibrahim Diallo et son staff ce sont fixés des objectifs. Des objectifs qui sont établis en divers composant.

Il précise alors que : « Nous avons comme premier objectif de sensibiliser et d’informer les citoyens sur les rôles, mécanismes, responsabilités des organes de gestion et de contrôle, de former et d’outiller les citoyens sur les droits et devoirs fondamentaux ainsi que la participation citoyenne, faciliter l’accès à l’information des citoyens pour garantir une meilleure transparence, et enfin renforcer les processus de réédition des comptes ».

Au Niger, les citoyens ont une vision diversifiée sur la notion de bonne gouvernance, d’autres trouvent ce concept effectif dans le pays, et d’autres par ailleurs jugent le concept ineffectif et quasi irréel. Pour Ibrahim Diallo, la question de la décentralisation est plutôt un des critères de bonne gouvernance. Il affirma en ce sens : « Au niveau local, les communes sont moins actives parce que les élus sont présents depuis 2011,alors qu’ils sont censés être renouvelés à partir de 2015. » Quant au niveau national, les efforts restent à faire nous confie-t-il.

Dans la bonne marche de la gestion des affaires de l’Etat, les citoyens ont le devoir de s’informer afin de comprendre les actions de l’Etat. C’est dans ce cadre que la jeune ONG s’engage aux côtés des populations du Niger.