Sensibilisation de la population de Koira Tégui

Chaque 13 mai, la femme nigérienne est célébrée. Cette célébration tire son origine d’une revendication politique des femmes le 13 mai 1991. Ce 13 mai 2019, l’association des jeunes filles, engagées dans le domaine des sciences et de la médecine « GEMS », s’est rendue dans un quartier périphérique de la capitale, Niamey,  pour célébrer cet événement.

Cette jeune association composée exclusivement de jeunes étudiantes et de quelques jeunes garçons ; s’est intéressée au quartier Koira Tégui, pour sensibiliser les mères, entre autres sur les dangers de l’automédication.

C’est la cours du Centre de Santé Intégré dudit quartier, qui a abrité la séance de sensibilisation, suivie d’une séance de consultation et d’un don de médicaments. « Nous avons choisi le 13 mai, parce que c’est une journée historique au cours de laquelle les femmes nigériennes sont célébrées. C’est notre manière de célébrer cet événement… », nous a confié Mlle Hadiza Baoua .

 Hadiza Baoua en train de consulter une bénéficiaire
Hadiza Baoua en train de consulter une bénéficiaire

Par ailleurs, le choix du quartier n’est pas fortuit : « Nous avons choisi ce quartier, car il fait partie de ces quartiers périphériques de la capitale. Et , le choix de ce thème c’est partant du constat, que les gens se soignent avec ce qui leur tombent sous la main. Ce qui n’est pas chose adéquate …», a-t-elle ajouté.

Dans une ambiance sereine ; plus de deux cents femmes avec enfants et hommes, de ce quartier, étaient présents ce jour ; pour bénéficier des œuvres de l’association GEMS. Ce fut séance une sensibilisation des membres de l’association, appuyée par le  médecin-chef du centre de santé et  le major (toutes deux des femmes).

« Vraiment que Dieu bénisse les organisatrices. Grâce à cette sensibilisation, elles nous ont fait comprendre les dangers, encours par ceux et celles qui prennent les médicaments sans avoir fait une consultation…», se réjouit une participante, âgée de la cinquantaine.

A cette journée de la femme nigérienne, immense fut la joie de ces femmes Nigériennes vivant loin des salles de conférences et des célébrations élitistes. Si le 13 mai 1991 la préoccupation des femmes était la participation politique, on constate qu’au fil des temps, les priorités ont changé; la célébration s’est élargie à différents secteurs.

L’engouement suscité par l’organisation de cet événement, traduit la soif des populations  à s’informer de leurs états de santé;  de s’acquérir des conseils pour mener une vie saine.

Comme le confirme le représentant du chef quartier.« ….prochainement nous souhaiterons que vous nous parler du paludisme ou du diabète car beaucoup de personnes en souffres ici. »

Dans un pays comme le Niger, où le taux de couverture sanitaire est en dessous de la normale, les associations jouent un rôle important pour répondre aux besoins des populations. GEMS et ses partenaires, comptent répéter ces actions dans différents localités du Niger.